Qui sommes-nous ?

La fédération FDN regroupe des Fournisseurs d'Accès à Internet associatifs se reconnaissant dans des valeurs communes : bénévolat, solidarité, fonctionnement démocratique et à but non lucratif ; défense et promotion de la neutralité du Net.

À ce titre, la fédération FDN se donne comme mission de porter la voix de ses membres dans les débats concernant la liberté d'expression et la neutralité du Net.

Elle fournit à ses membres les outils pour se développer et répondre aux problématiques qui concernent l'activité de fournisseur d'accès à Internet.

La Fédération se joint à une lettre ouverte au BEREC et aux régulateurs nationaux concernant la neutralité du Net

Dans une lettre collective, la Fédération FDN se joint à 72 autres organisations des 5 continents, et appelle les régulateurs des télécommunications européens à soutenir la neutralité du Net dans leurs négociations en cours concernant le futur d'Internet en Europe.

Directive Radio - Lettre ouverte à Bercy et à l'Arcep

Paris, le 6 avril 2016 — La directive relative à l'harmonisation des législations des États membres concernant la mise à disposition sur le marché d'équipements radioélectriques (ou directive radio) a été adoptée en avril 2014, avec pour objectif d'améliorer la gestion du spectre radio. Elle doit être transposée et mise en œuvre dans les États membres avant le 12 juin 2016.

La Fédération FDN se joint à l'initiative Save The Internet !

Le BEREC (ORECE en français), l'instance de régulation des télécoms en Europe s'apprête à produire des recommandations afin d'interpréter le texte ambigu qu'a voté le Parlement Européen en octobre dernier sur la neutralité du Net et de permettre sa mise en œuvre dans les États membres.

Réponse de la Fédération FDN à la consultation sur la revue stratégique de l'ARCEP

La Fédération FDN a répondu à la consultation de l'ARCEP sur sa revue stratégique. Cette consultation était l'occasion pour le régulateur de dresser le bilan de son activité, et de se repositionner en fonction des chantiers futurs qu'il veut entreprendre.

Nous avons exposé à l'autorité notre point de vue sur son travail, sur la manière dont nous envisagions ce dernier dans le futur, en donnant les clés d'analyse qui nous semblent pertinentes pour analyser le marché des télécommunication.

Le texte de notre réponse est joint.

Pages

Revue de presse

[NextInpact] Open source, libre et communs : contribuer ne nécessite pas de développer

Capture d'écran de l'article de Nextinpact

Si l'open source et le logiciel libre gagnent du terrain dans notre quotidien, nous ne sommes en général que des bénéficiaires de ces communs. Habitués à une position de consommateur dans un écosystème numérique ouvert, pourtant pensé avec une certaine symétrie. Participer est donc possible, même si vous n'êtes pas développeur. [...]

Repéré sur les sites et blogs des membres de la fédé

Arpentage du rapport de Mounir Mahjoubi sur le tracage des données mobiles dans le cadre de la lutte contre le coronavirus

Jeudi 9 avril 2020, nous avons organisé l'arpentage du rapport de Mounir Mahjoubi, intitulé Traçage des données mobiles dans la lutte contre le Covid-19 et publié le 6 avril 2020. Cette note parlementaire a été transmise le 6 avril 2020 aux député·e·s. Nous avions envie de vous partager ce qui s'est passé pendant ces deux heures et ce que nous en avons retenu, car cela nous paraît indispensable.

Dérives sécuritaires et surveillance, jusqu'où irons nous ?

Le 10 mars à Strasbourg se tiendra le procès de Jules, militant strasbourgeois. Il risque 1 an de prison et 15 000€ d'amende pour avoir refusé de donner son ADN et ses empreintes lors d'une garde à vue dont il est ressorti libre. Les associations Alsace Réseau Neutre et Hackstub, espaces de critique et de construction du numérique, soutiennent Jules dans son choix du refus et demandent l'arrêt de la surenchère sécuritaire, particulièrement forte avec le développement des nouveaux outils numériques.

Que fait la Police ? Elle se renseigne…

Les FAI membres de la FFDN ont reçu une sollicitation amicale de la Direction Centrale de la Police Judiciaire visant à favoriser une collaboration. En gros, l’idée est de faciliter le travail de la police en identifiant une personne à contacter pour obtenir des renseignements et en recensant les catégories de données disponibles pour chaque utilisateur.