[[evenements:ag2018:gros_fai]]

Un FAI de 50 000 abonné·e·s ?

On met pas mal d'énergie, et après la quantité de personnes impactées reste faible par rapport à l'énergie.

Qu'est-ce qui bloque ?

On a un peu tous les mêmes structures et fonctionnements,

  • association
  • bénévolat
  • valeurs

Ou pas ?

  • FAI très différents selon wifi, vpn, hébergement

Est-ce que c'est possible de faire un FAI qui a les mêmes objectifs que les nôtres, mais un impact beaucoup plus grand ?

  • On cherche des alternatives, par essence, et donc pas par les structures déjà institutionnalisées
  • Ou pas ? Juste on veut un réseau neutre etc. si les commerciaux le faisaient, ça nous irait ?
  • Si c'est possible de faire un FAI à 50 000, pourquoi on ne le fait pas en ce moment ?

Impression d'une peur de hiérarchie dans les assos, et que dès qu'une asso devient grosse, on va reproduire des mécanismes qu'on ne veut pas avoir.

Mais si on n'a pas de réponse à comment faire pour tout le pays, on va être condamné·e·s à faire un truc de geeks.

Peut-être qu'on ne peut pas se passer d'une telle structure grosse pour pouvoir passer à l'échelle ?

Préfère pas 1 FAI à 30 000 personnes mais 50 FAIs à plusieurs centaines, et de nombreux gens pour y bosser - politique d'essaimage de FDN

Du côté de Guifi, c'est plutôt 1 FAI 23 000 abonnés, il faudrait peut-être s'en inspirer.

Faire des FAIs locaux ça a beaucoup de sens pour le développement local, de la même façon que les autres infrastructures, gérées en régies. Ça forge la conscience citoyenne locale.

50 000 personnes ça peut être encore local ?

“Neutralité du net, ça reste un truc de geeks”, il y a un travail de motivation, d'explication de pourquoi c'est important pour tout le monde, et pas que les geeks

À FAI Maison, ils ont des poches indépendantes qui ont la main sur le réseau.

Dans le modèle de société spécifique, Il faut des gens qui fabriquent Internet, des gens qui contrôlent le fonctionnement des routeurs etc., quelle est la masse de gens capables de se spécialiser pour faire tourner le truc ? On ne peut pas tou.te.s être concerné.e.s par tous les sujets techniques, donc ça serait à nous (FAI associatifs) de faire l'Internet pendant que d'autres fabriquent d'autres choses dont on a besoin.

Chez FDN on a un peu de mal à faire le support pour les quelques centaines de lignes ADSL, si on en avait 10 fois plus, ça serait dur, mais peut-être qu'on aurait 10 fois plus de bénévoles pour y participer ? pas clair

Risque d'avoir de nombreux.ses personnes qui demandent des services : que les adhérent.e.s deviennent uniquement des clients

Risque que si l'ensemble des bénévoles dégonfle, on se retrouve à devoir gérer une grosse quantité d'abonnés à peu de bénévoles

Comment on donne envie aux gens à rejoindre devenir actifs dans les assos ?

Chez Rézine, c'est l'énergie bénévole qui manque pour pouvoir connecter les 20 personnes qui sont en attente (c'est pas la demande qui manque)

Est-ce qu'on passe en SCOP, faire du salariat, pour pouvoir continuer à grossir ? On n'a pas forcément envie.

Pour les gens qui sont en attente, on pourrait leur dire qu'ils peuvent aider, en fournissant un tutoriel, la doc etc. et comme ça ils peuvent faire avancer le schmilblick eux-même. Chez FAImaison ont essayé, mais la réponse a été “ah ben je vais attendre plutôt”.

Envie de pouvoir contrôler son accès, mais pas forcément de savoir le fabriquer, au moins la possibilité de pouvoir le faire de même qu'on ne fabrique plus soi-même ses vêtements, sa nourriture, etc.

Il y a le modèle d'AMAP qui grossit gentiment, selon les AMAPs, demande évntuellement aux gens d'aider les agriculteurs

Importance de co-créer/construire plutôt que vendre/consommer

Importance de s'amuser aussi

Est-ce qu'on est sur une mouvance d'éducation populaire ? Selon les contextes ça peut. → prendre le temps, avec les cafés vie privée etc.

  • evenements/ag2018/gros_fai.txt
  • Dernière modification: 2019/12/23 22:11
  • par khrys